Jeune photographe brésilien, Haoles Oliveira commence tout juste à montrer ses portraits. Étudiant en architecture et urbanisme à l’Université de Brasilia au Brésil, il a d’abord photographié des bâtiments, des lieux abandonnés, l’énergie de la ville avant de se consacrer à la figure humaine. La relation harmonieuse de l’humain et du corps à l’architecture et à l’urbain est sa principale thématique en photographie. Cette idée il la met en image à travers des portraits en buste de jeunes brésiliens, au regard frontal, dans des poses naturelles et lascives, dans un des pays les plus grands du monde, en pleine transformation.

Portfolio d’Haoles Oliveira « Brasilian young spirit » dans Young Photography Now #10

Haoles Oliveira Instagram

and Facebook

Haoles, Bem mais que o tempo que nós perdemos Ficou pra trás também o que nos juntou/ Bien plus que le temps que nous avons perdu C’est aussi ce qui est derrière qui nous a rejoint, février 2017

YP! Qu’est-ce qu’une photographie, que cherchez vous dans une photographie ?

Haoles: La photographie est l’expression personnelle et unique que tout être humain a à propos de la terre et des choses qu’il voit, de la façon dont chacun voit son univers particulier. Cette expression ne doit pas être faite à partir d’une caméra coûteuse, ou avec des équipements ultramodernes. Si tout le monde peut montrer sa vision, la photographie est là pour ça, et c’est beau. J’essaie de montrer la façon dont je vois les choses, les couleurs qui sont dans ma tête et les les intentions que j’ai pour l’avenir. Je travaille toujours, et je travaillerai toujours pour montrer Ma vision du monde, qu’elle soit belle ou moche.

YP! Quelle camera utilisez vous ? Relfex, smartphone, polaroid ? Laquelle préférez vous et pourquoi ?

Haoles: J’utilise un Canon 60d, avec une lentille 85mm 1.8 et un 50mm 1.4. Quand je voyage, ou dans quelque part inattendu, j’utilise le mode portrait d’iphone 7+ combiné avec l’application VSCO Cam.

Haoles, We don’t talk enough, We should open up, Before it’s all too much, avril 2017

« Je ressemble beaucoup à la façon dont les gens se déplacent, se serrent les lèvres, sourient. Ma direction de mise en scène est focalisé sur l’expression du corps que chacun émet. De cette façon, j’obtiens plus de poses naturelles et engageantes qui mettent en avant l’âme dans l’image. » Haoles, de Brasilia

YP! Comment choisissez vous vos modèles ? Qui sont-ils et pourquoi ce choix ?

Haoles: Mes modèles sont toujours des personnes qui correspondent à mon identité photographique. Je ressemble beaucoup à la façon dont les gens se déplacent, se serrent les lèvres, sourient. Ma direction de mise en scène est focalisé sur l’expression du corps que chacun émet. De cette façon, j’obtiens plus de poses naturelles et engageantes qui mettent en avant l’âme dans l’image. Généralement, pour mes photos promotionnelles, j’invite un ami ou une personne, même si ce ne sont pas des modèles professionnels.

YP! Comment est prise en compte/considéré la photographie contemporaine dans votre pays ? Qu’est ce que vous aimeriez faire pour améliorer la situation de l’art et de la photographie ?

Haoles: Je pense qu’il est important de souligner que dans certains pays, l’art est valorisé et enseigné comme matériel culturel. Je crois qu’au Brésil, la culture doit encore être enseignée, l’art est important et devrait être apprécié. Je changerais la façon dont nous pouvons avoir accès et profiter des œuvres d’art et je changerai les professionnels qui le font. Valoriser l’art est important.

Haoles, ‘Cause we never go out of style, We never go out of style, avril 207

YP! Quels sont les réseaux qui fonctionnent bien selon vous : les galeries, les musées, les foires, les festivals ?
Que pensez vous des réseaux sociaux, plateformes et revues en ligne ? Ces nouveaux réseaux vous aident-ils à vous faire connaître ?

Haoles: Internet reste le meilleur endroit pour montrer le travail ici au Brésil, que ce soit la photographie, le cinéma, l’art et les peintures. La rue est aussi un bel et confortable espace. Il y a quelques années, j’ai mis plusieurs pochoirs de mes photographies autour de la ville, je crois que les espaces publics et les réseaux sociaux apportent beaucoup de visibilité ici.

« Internet reste le meilleur endroit pour montrer le travail ici au Brésil, que ce soit la photographie, le cinéma, l’art et les peintures. La rue est aussi un bel et confortable espace. »

YP! Que pensez vous de la place des photographes émergents et des femmes photographes dans votre pays et dans le monde ?

Haoles: Au Brésil, certaines femmes sont désignées pour faire certains types de photographies, certains styles sont considérés comme des matériaux pour l’homme. Je crois que la rupture de ce concept selon lequel le sexe définit le style photographique serait un grand progrès, que chacun doit photographier là où il se sent à l’aise, pas ce qui semble être plus évident et confortable. Je crois que montrer au monde pourquoi nous existons est la clé du travail réussi. Sois toi-même, peu importe quoi que ce soit.

Haoles_Oh with my feelings on fire Guess I'm a bad liar

Haoles, Oh, with my feelings on fire Guess I’m a bad liar, 2017

« Je crois que montrer au monde pourquoi nous existons est la clé du travail réussi. Sois toi-même, peu importe ce que c’est. » Haoles, Brasilia

YP! Quels sont tes prochains projets ?

Haoles: Je suis revenu à un style, ce que j’ai fait il y a plusieurs années, qui me servait dans des clips et des albums pour produire des photographies spécifiques. Je crois que d’ici la fin de l’année, ce seront les thèmes centraux. 

YP! Votre citation préférée?

Haoles: Vous ne photographiez pas, vous avez le pouvoir d’arrêter le temps pendant 1 seconde pour toujours.

Haoles, I don’t trust nobody and nobody trusts me
I’ll be the actress starring in your BAD DREAMS, septembre 2017